« Faire de l’éducation une force qui réunit les peuples, les nations et les cultures pour construire un monde en paix et un avenir durable »

Archives de octobre, 2011

Un nouvel article d’Alice – Atlantic College

alice uwc france

Mercredi 28 septembre 2011

Cela fait maintenant un peu plus d’un mois que je suis arrivée. On a eu une semaine d’introduction, dont un camp, puis les cours ont commencé. Ici je suis passionnée par mes cours : les professeurs sont très bons, le programme est bien fait et surtout nous sommes dans de petites classes, allant de 4 dans mon cours d’allemand à une petite vingtaine en maths.
Cette semaine les cours sont arrêtés. Nous sommes en « Diploma Period » c’est à dire que nous avons trois jours de colloque sur l’interaction humaine (human interaction, ma traduction n’est peut être pas exacte). Chaque jour nous avons un thème différent ; le « leadership », le partage d’idées puis l’écoute des autres, de leur passé. Nous avons exploré ces thèmes à travers des conférences, différents workshops, un « open-space » pour les idées.

Atlantic College

Atlantic College

Le concept de l’open-space m’a vraiment plu. Le but est de recréer la vivacité des discussions qui peuvent avoir lieu lors de la pause déjeuner d’une conférence, d’un colloque etc… Tout d’abord des élèves se levaient et annonçaient des idées au hasard dont ils avaient envie de parler, puis on se retrouvait en petits groupes en fonction de la discussion qui nous intéressait. Je me suis donc retrouvée à parler sur le thème « La Chine est elle un pays communiste ou capitaliste » pendant trois bons quarts d’heure. Les workshops aussi étaient très variés : l’identité culturelle, la communication non verbale, répondre au conflict, etc…
Nous avons enfin terminé la conférence en petits groupes pour parler du fait que finalement parfois, en vivant les uns avec les autres on oublie de se poser des questions sur notre passé, des questions sur ce qui fait que nous sommes qui nous sommes. Donc nous avons chacun écrit une sorte de petit poème ou l’on décrivait ce qu’on appelle « Home », les endroits, les vues, les bruits, les odeurs, les parfums, les gens, les pertes ou déceptions que l’on a pu avoir, les rêves et les espoirs que l’on as, en finissant par dire :
« … je viens de France, de Belgique, de Paris, Je m’appelle Alice »
Nous avons lu les poèmes les uns aux autres, c’était très émouvant, pour certains c’était la première fois qu’ils avaient le mal du pays, nous n’avons pas vraiment le temps d’y penser en temps normal, il y a trop à faire.
J’ai oublié de mentionner qu’aujourd’hui il a fait un grand ciel bleu et 22°C au Pays de Galles. Oui c’est important, ça n’arrive pas souvent. Par conséquent après la fin du colloque, une bonne trentaine d’entre nous nous sommes mis en maillot pour aller sauter dans la piscine extérieure puis dans la mer.
La deuxième partie de la semaine sera maintenant dirigée vers un entrainement aux premiers secours, deux jours qui seront donc surement plus intensifs car nous devrons passer un test vendredi.
C’est des semaines comme ça, mais aussi les semaines normales, remplies, pleines de discussions passionnantes, de moments étonnants qui font d’Atlantic College une expérience unique.

Publicités

Eliott au Canada

Eliott promo 2011-2013

Voici deux semaines que je suis à Pearson College, et je dois dire que je m’y plaît de plus en plus !

Tout d’abord, tout le stress d’avoir changé d’école et d’environment est parti car tout est mis en œuvre afin de mettre les 1ers années ( Tout ceux arrivés cette année) à l’aise. Les 2eme années sont tous très accueillants et amicaux, ce qui aide grandement. Ici, à Pearson College, nous sommes tous logés dans des maisons qui comprennent 16 chambres de 4. Les maisons sont: Calgary House, East House, Japan House, McLaughlin House et Victoria House ( la mienne). On fait plein d’activités entre les « House », ce qui permet de rencontrer tout le monde sur le campus.

Au niveau des cours, ce que je trouve le plus agréable, c’est que nous sommes très peu par classe, entre 8-14 pour mes classes. Passant du système français où nous étions entre 30 et 35 par classe, ça fait une grosse différence au niveau de la compréhension des leçons car le proffesuer à le temps d’expliquer clairement le contenu du cours, et non pas de le survoler. Si j’ai pas compris la leçon, je peux aller parler à mon professeur hors-cours, car il habite sur le campus ! C’est vraiment un avantage, et je compte en profiter au maximum, car ce n’est pas tous les jours que l’on peut allez discuter de la leçon du jour en buvant du thé chez son professeur !

Au niveau sportif, le college est très bien organisé: on peut faire de nombreux sports de mer, comme de la voile, du kayak de mer, du canoë, ainsi que de nombreux sports terrestres, comme du football, du rugby, du basket et plein d’autres. Il y a également une grande piscine ainsi que une gym bien équipée, de quoi occuper son temps libre.

Pour résumer tout sa, je me plaît beaucoup ici, je m’amuse beaucoup, et je vais tout faire pour que cette mentalité reste pour les deux ans où je vais rester ici !

Eliott Sacau.

Eliott - Pearson College

des nouvelles de Sébastien – UWC Italie

Sebastien et Marie les Frenchies en Italie

Les deux premiers jours tout le monde te saute dessus en te disant son nom et sa nationalité ( après trois semaines, je n’ai toujours pas retenu), ensuite, c’est meeting-meeting et encore meeting tout les jours pendant environs une semaine, présentation de toutes les matières, des consignes de sécurité en cas d’incendie, du fonctionnement des résidences, du collège, etc…

On a commencé les cours la semaine suivante. Les cours n’ont lieu que le matin, nous n’avons donc que 5h30 de cours maximum par jours mais ça ne veut pas dire que nous ne faisons rien (bien au contraire), les cours sont beaucoup plus intensif, beaucoup plus denses et il y a beaucoup plus de travail en dehors, les devoirs bien entendu mais aussi traduire tout les mots inconnus et croyez-moi il y en a ! et l’après midi pas question de se tourner les pouces ou de faire la sieste, ça à été des sessions de test pour choisir un sport et une activité créative. Il y a plein de choses proposées des sport de ballon au yoga en passant par l’escalade et le kayak pour les sport et de la poterie à « currents affairs » une session qui ce réunie toute les semaines pour discuter de l’actualité dans le monde en passant par astro-physique ou échecs. J’ai choisis basketball (of course) et currents affairs.

En résumé, nous avons cours le matin, et l’après-midi c’est réunions ( tout les lundi : sur la vie du collège, les projets en cours, mais aussi sur comment ça se passe pour nous si nos cours nous convienne, si on à des questions ou des demandes à faire) les autres après-midi c’est sport, activité créative, service social ( obligatoire, ce qui est normal vu l’idéologie de l’association. J’avais demandé à aider dans un camp de réfugiés politiques ou à distribuer de la nourriture à des SDF et finalement j’ai eu jardinage ! Je vais pouvoir m’entrainer pour aider ma mamie l’été prochain ^^ )

Rassurez-vous on a quand même un peu de temps libre pour pouvoir discuter avec les autres, manger (très très important ça !), aller se baigner dans la mer qui est a 5 minutes à pieds ou écrire cet article en écoutant la radio française !

Le soir toute les personnes de la résidence se retrouvent dans la même pièce ou il y a toujours quelqu’un qui joue de la guitare ou du violon, on discute en buvant du thé, on fais nos devoirs, on parlent sur facebook et en général il y a toujours une super ambiance. Ce qui fais que c’est vraiment dur de ce coucher avant minuit !

Les autres élèves rigolent bien quand je parle à cause de ma prononciation et de mon accent « so frenchy » .

Sébastien UWC France en Italie

Des nouvelles de Levi – UWC Canada

Levi UWC promo 2009-2011

Cette année fut marqué d’évènements majeurs agitant le tableau politique, économique, et géologique de notre planète. Tandis que le Japon se remet d’un tremblement de terre, que les rebelles en Libye continuent à se battre et que l’Europe se déchire face à la crise économique; moi, je me prépare pour trois mois d’aventures en Amérique du Sud.

Je m’appelle Levi et j’ai 18 ans. Il y a trois mois j’ai gradué d’une école plutôt anormale. Anormale non seulement pour où elle se trouve (au milieu d’une forêt sur l’île de Vancouver) mais pour ce qu’on y trouve; deux-cents étudiants formant un kaléidoscope aux couleurs vifs et variées. Plus de cents nationalités y sont représenté, différentes classe sociales et de nombreuses croyances. Pourtant, nous partageons tous la même valeur de créer un future paisible et durable sur la terre. Une mission extrêmement idéaliste et presque utopique si on lit les journaux aujourd’hui. Et pourtant; Pearson à crée des expériences qui m’ont prouvé le contraire. Les cours du bac international ne sont qu’une petite partie de la vie active que j’ai mené à Pearson Collège. En évoluant dans cette communauté ce sont à travers des conversations que j’ai appris le plus. Je me suis instruit sur la puissance de l’honnêteté et combien il est important de savoir écouter l’autre avec son coeur. J’ai appris à demander des excuses et à savoir les accepter. A ne pas donner libre cour à ma colère face à ma frustration lié à l’incompréhension de l’inconnu. Même venant d’une perspective existentialiste je sens que Pearson a fortement influencé ma personnalité. Son éducation à fait grandir en moi de nouveaux objectifs de vie. Je veux vivre une vie en respectant mon environnement et notre planète. Vivre une vie en respectant mes voisins avec des cultures et croyances différentes des miennes. En Afghanistan les talibans continuent a semer la panique et en Norvège un extrémiste a fait un massacre. Avec une mondialisation de plus en plus importante nous devenons plus responsable et sommes plus susceptible a faire face à l’inconnu.

Je pense que l’avenir se trouve dans la force transformatrice que l’Éducation peut avoir sur un individu. Moi, Elle m’a façonné .

Levi

Le témoignage de Dimitri – UWC Swaziland

Dimitri - UWC Swaziland

Niché entre l’Afrique du Sud et le Mozambique, perdu dans au bout du Drakensberg, riche de beauté naturelle, appauvrie par le SIDA et la monarchie absolue: le Swaziland. Et sur l’une des ses montagnes se trouve Waterford Kamhlaba, l’une des écoles les plus prestigieuses de la région mais aussi l’une des plus altruistes. C’est là que se réunissent quelques 600 élèves, de plus de 50 nationalités différentes, la grande majorité étant africains. Mais voilà, il y a aussi des européens, américains (sud et nord), asiatiques, et tous sont là pour une raison, une motivation, bien particulière : l’envie de découvrir, échanger et aider avec des amis de partout.

La découverte d’un pays appauvri, d’une région riche et d’un continent fascinant a été quelque chose d’absolument incroyable pour moi. Malgré mon expérience à l’étranger – ayant vécu en Asie pendant plus d’une dizaine d’année – et mes visites régulières en Europe, rien ne m’avait préparé à la découverte du continent africain, rien n’aurait pu mettre à mal mes préjugés sur ce sixième de l’humanité autre que mon interaction quotidienne avec des gens, des amis, de part et d’autres de l’Afrique. J’en suis arrivé au point où, avec mes amis, l’on se moque de nos origines, on fait des blagues sur l’esprit colonisateur et on se met tous à parler un anglais sud africain, dialecte de Waterford.

Le nombre d’activités et d’opportunités qu’il y a à Waterford est si vaste que tout le monde est impliqué dans des activités aussi diverses que la danse, le hockey, la chorale (pas la chorale conservatrice et raide qu’on trouve en France, celle-ci vit, elle danse, elle suit les paroles avec le corps), le volontariat dans les écoles publiques, les excursions avec les enfants du camp de réfugiés, le travail à l’hôpital avec les enfants handicapés. Et si toutefois ces activités n’étaient pas suffisantes, il suffit de frapper à la porte du directeur, Mr Nodder, et de lui proposer son idée – un club de randonnée est mon projet. Ce nombre d’activités est complémenté par des classes intéressantes, un choix de cours aussi divers que fascinant, et des professeurs ouverts, humains et bons. Bien sûr, il y a toujours les exceptions, bonnes ou mauvaises, et ça reste l’école – donc devoirs, projets et révisions sont au menu, surtout quand il s’agit des deux années du Baccalauréat International (le seul mot d’ordre : l’organisation de son emploi du temps).

Et puis, à ne pas oublier, il y a la vie en communauté, 24 heures sur 24 avec ses amis. Bien que l’on ait des chambres individuelles il ne suffit que d’ouvrir deux portes pour aller voir un pote. Et puis, tout le monde est dans le même bateau : loin de ses parents, écroulé sous des tonnes de devoirs, passionné par le rugby, le théâtre, le Zimbabwe, les affaires courantes, la biologie… Quoique ce soit on n’est jamais tout seul – c’est absolument extraordinaire.

Je pense qu’il n’y a pas d’autre mot qu’extraordinaire qui peut même prétendre décrire ce que je vis ici, à Waterford Kamhlaba – c’est une expérience qui va me définir pour le reste de ma vie.

Louis from UWC-USA

Pour les images, cliquez sur le lien ci-dessous:

Louis from UWC USA

Salut tout le monde,

Louis - promo 2011-2013 UWC USA

Au départ j’étais hyper motivé pour écrire un p’tit article toutes les semaines, et carrément faire un blog. Laissons parler les images, mon temps libre et mes talents en informatique n’est pas la meilleure combinaison possible pour envoyer des nouvelles.
Finit avec les excuses, place aux nouvelles. Ça fait un mois que je suis là mais j’ai l’impression que j’y suis depuis une éternité, et aussi une semaine.

Une éternité, parce que connaître la plupart des gens, avoir vécu des choses comme les expéditions, ou même de connaître les bons plans (pour la nourriture, ou par quel chemin rentré pour ne pas te faire choper après le couvre feu…) te donne l’impression d’être au campus depuis des années.

Une semaine, parce que le temps passe tellement vite qu’on ne le voit pas passer et que je me souviens encore de quand je suis arrivé comme si c’était hier.

Bref, ce mois peut-être divisé en trois parties : découverte, expédition, début des cours.

Les deux premières semaines « découverte » parce que tu apprends à connaître les gens, et à retenir les prénoms (choses que je n’ai pas complètement terminé de faire J). En plus de cette difficile tache, il faut retenir ou est ce que tu habites, à quelle heure il faut aller manger et ou est la cafet’, mais bon, mon roomie était là pour m’aider donc c’était cool !!! Il s’appelle Gilbert, il vient de Zambie et il est ouf ! (laissons parler les images^^)

Louis from UWC USA

Mais aussi découverte de mes countrymates !!!

En costume national 😉

Découverte aussi du château :

Après toute cette excitation, j’ai du faire un choix pour mes matières qui sont : français HL, anglais, HL, physics HL, économie SL, musique SL, et maths SL. Mais aussi les CAS qui sont : Sound (s’occuper du son pendant les soirées, les meetings…), Tennis, Children of the world/UNICEF (je sais pas trop se que c’est encore je viens juste de changer), Préparation pour le Grand Canyon (et oui je vais aller au grand canyon !!!!), et football.

Ensuite, nous avons préparé nos affaires pour … wilderness expedition : une semaine dans le désert du Nouveau Mexique !!!

Encore une fois laissons parler les images : Louis from UWC USA

(oui ça a été un peu retouché, mais c’est quand même la classe)

Voila pour les images, j’ai repris les cours après tous ces moments magiques et je dois dire que ça fait du bien de prendre une p’tite routine, et de pouvoir dormir un peu.
Je finirais par un truc qui m’a vraiment fait« wouaa » au fond de moi,c’est un premier année des USA qui m’a dit ça il y a quelques jours :

 « when i first came here i thought that evreyone was weird but then i realised that they all have a strong personality »

J’espère que vous vous amusez tous aussi bien et une petite pensée pour Agathe ;), et pour ceux de Simon Bolivar aussi.

A pluuuuuuuuuus !!!!!!!

Louis le frenchy